Photo d'en-tete
Imprimer l'article

Le mot du Maire

Une semaine pour l'espoir

 

Planifiée du 30 mai au 5 juin 2017, la semaine européenne du développement durable vise à sensibiliser la population aux objectifs de l'agenda 2030 adopté par l'ONU.

Le programme 2030 se veut être un « plan d'actions pour l'humanité, la planète et la prospérité ». Il insiste sur le renforcement de « la paix partout dans le monde dans le cadre d'une liberté plus grande » et ambitionne l'élimination de la pauvreté sous toutes ses formes et dans toutes ses dimensions.

Ce programme à l'échelle mondiale constitue une ambition sans précédent, et si sa nature n'est ni contestable ni négociable, chacun peut en mesurer l'ampleur et les impacts au niveau de notre mode de vie, comme sur notre façon de concevoir le vivre ensemble au niveau planétaire.

Le changement climatique, la production exponentielle des déchets, les menaces pour la santé publique, la pauvreté et l'exclusion sociale, l'appauvrissement des ressources naturelles, la perte de la biodiversité… tous ces défis doivent nous amener à repenser notre modèle de développement. Nous devons comprendre que chacun d'entre nous est individuellement responsable des modifications climatiques à l'origine de catastrophes naturelles dans le monde. Ces catastrophes ont des impacts économiques et humains majeurs amplifiant la pauvreté et obligeant la  migration de populations en situation de survie.

Agir pour le développement durable, c'est aussi agir au niveau local. Notre commune est pleinement inscrite dans cette dynamique depuis plusieurs années. Cet engagement basé sur un équilibre entre les 3 composantes du développement durable : économique, sociale et environnementale, reste au cœur de notre action et il doit sans cesse être le fil conducteur de notre programme municipal, ainsi que de nos ateliers Agenda 21: le bio à la cantine, la trame verte, trame bleue, nos parcs urbains, les projets autour de la citoyenneté... Sur ce plan, nous pouvons nous féliciter lorsque notre bilan affiche que plus de 95 % des cibles déterminées par le baromètre breton établi en 2008 sont désormais atteintes.

Pour autant, il ne me semble pas que cela soit suffisant.

Si les objectifs que nous nous sommes fixés de façon cohérente, thématiques par thématiques, sont atteints ou prochainement atteignables, il n'en reste pas moins que nous restons conditionnés par un référentiel socio économique qui ne peut, dans sa configuration et notre mode de pensées actuelles, nous amener en convergence vers les orientations de l'Agenda 2030.

Le débat, sur ce plan, n'a pas eu lieu lors des dernières élections présidentielles et c'est regrettable.

D'un côté, il semble plus facile de traduire les peurs et la précarité en outil de propagande, pour un repli sur soi, sur la base de programmes rétrogrades basés sur de rejet de l'autre, plutôt que de prendre conscience de la réalité du monde d'aujourd'hui.

De l'autre, si on peut se réjouir d'une nouvelle forme de politique, d'un espoir et d'une réelle ambition annoncée de sortir, enfin, notre pays de la crise et de sa morosité chronique ; si on peut espérer une refondation de l'Europe sur de vraies valeurs de solidarité, rien ne sera possible sans un nouveau modèle de développement repensé dans le sens de la sobriété et du partage.

Agir pour la planète, c'est aussi notre tâche au quotidien, en adoptant des comportements responsables, en se respectant mutuellement, en regardant le monde tel qu'il est, et en réfléchissant ensemble pour garantir la viabilité de nos sociétés.

Notre planète est notre foyer commun, sachons la protéger et préserver l'avenir des générations futures.