Le mot du maire

Un logis pour tous

  • Divers

15 millions de Français se trouvent aujourd'hui en situation de mal-logement ou de logement précaire. Sur Rennes Métropole le besoin annuel se situe actuellement aux alentours de 4500 logements dont les 2/3 proviennent de besoins exprimés par les habitants de la Métropole. De même sur notre territoire, les dernières données pour 2021 indiquent que 22 000 foyers sont dans l'attente d'un logement social (rappelons que 80% des familles françaises sont éligibles). Ces chiffres témoignent de la réalité d'une crise qui ne fait pas l'actualité et qui est, pourtant, bien réelle. Cette crise à bas bruit, qui touche les plus vulnérables, se doit d'être résolue en s'appuyant sur une approche globale et pragmatique.

Face à cette situation extrêmement préoccupante, l'accélération de la consommation des espaces agricoles, mise en lumière lors du Grenelle de l'environnement et la prise de conscience des élus, des associations et progressivement de la population en général, nous contraint enfin, à viser le 0 en matière d'artificialisation des sols.

Nous avons conscience qu'il est indispensable de construire (et de rénover), sauf à considérer qu'il n'est pas grave de laisser des millions de Français vivre dans des conditions dégradées.

Nous nous posons donc, aujourd'hui, la question suivante : comment augmenter l'offre de logements et en corollaire où les construire ? Les réhabilitations, la récupération des logements ou de bureaux vacants ne peuvent, à eux seuls, couvrir la demande.

La densification de l'habitat est, sans aucun doute, la réponse à apporter. Pour élargir la réflexion nous constatons que ce sujet est totalement transposable sur le champ de la création de nouvelles zones d'activités et de l'accueil des entreprises sur nos territoires.

C'est là que le débat se tend, notamment dans nos métropoles où la densité est perçue comme une atteinte au cadre de vie au même titre que la préservation des terres agricoles et ce sujet n'est plus négociable. Tous les jours, des collectifs se montent pour contester tel ou tel projet de construction, nonobstant son intérêt social ou économique, systématiquement au prétexte de la sauvegarde de l'environnement ou du cadre de vie.

La densification est pourtant notre meilleure arme face à l'étalement urbain et l'artificialisation des sols ; elle peut être, à condition d'être maîtrisée et végétale, un levier pour la mixité sociale et permettre l'amélioration de nos conditions de vie. Cette démarche doit être réfléchie localement mais aussi à l'échelle du territoire pour sa cohérence sociale et économique.

L'impact de cette orientation nécessite d'ors et déjà que les documents d'urbanisme (SCOT, PLUI, ...), les procédures gérant le droit de préemption et la politique des " Bâtiments de France... " soient revues et adaptées en conséquence tout en restant garants d'une urbanisation qualitative et maitrisée.

Notre étude sur le Centre Bourg fait partie de ce programme. Une programmation plus étendue sera nécessaire dans les prochaines années. Là encore, la réussite d'un tel projet ne pourra se faire sans vous, mes cher(e)s concitoyen(ne)s. Nous aurons donc encore, et pour longtemps, le plaisir de travailler ensemble pour le développement raisonné de notre belle cité.

Jean-Marc LEGAGNEUR

Retourner à la liste