Actualités

OUAHIBA MELLITI : Les Mains dans la pâte

  • Nouvoitou
  • Divers

En 2019, Ouahiba, qui travaillait dans l'évènementiel, quitte son employeur en région parisienne et prend la direction de la Bretagne avec son mari.

Son premier enfant venant de naître, elle passe ses journées à son domicile, mais s'ennuie très vite.

Avec son époux, ils sont passionnés de voile et rêvent de faire un tour du monde sur un voilier mais en attendant de pouvoir larguer les amares, Ouahiba navigue sur internet et découvre des tutoriels de pâtisserie. Rapidement, elle décide de s'y essayer et cela devient très vite une passion qui fait vite le tout de sa famille puisqu'on lui demande de réaliser des gâteaux pour les fêtes de familles ou pour les anniversaires de ses nièces.

Sur les conseils d'un membre de sa famille, Ouahiba décide de se lancer professionnelement dans la pâtisserie. Elle reprend donc ses études à distance et passe son CAP de pâtissière et l'HACCP. Diplômes et habilitations en poche, elle peut enfin se lancer, d'autant plus qu'en faisant construire sa maison à Nouvoitou, elle y implante un laboratoire spécifique pour respecter toutes les normes sanitaires.

Son lancement professionnel étant assez récent, son site internet est encore en construction, mais cela ne l'empêche pas d'avoir déjà pas mal de commandes grâce au bouche-à-oreille et aux réseaux sociaux. En moyenne, elle réalise entre 6 et 7 gâteaux par semaine. Son maximum a été de 8, mais son atelier lui permet de monter jusqu'à 15, ce qu'elle espère avec le temps.

Lorsqu'elle se met en production, Ouahiba s'organise sur trois jours. Et chaque journée a ses opérations dédiées. Le mercredi, elle s'attache à la base du gâteau et à la génoise. La journée du jeudi est consacrée à la ganache, aux curds (compotée de fruits) et au montage. Le vendredi, c'est lissage et décoration et le samedi matin, les clients passent récupérer leur commande.

La réalisation de beaux gâteaux est un défi quotidien qu'elle aime relever comme cette demande de pièce montée pour un mariage qu'elle devait réaliser. "Je crois que c'était la création la plus belle que j'ai réalisé jusqu'à maintenant. Je devais la livrer également et sur la route, j'ai roulé à 30km/h tout le long tellement j'avais peur qu'elle se renverse..."

Il arrive aussi que les choses ne se passent pas comme prévues. Sa plus grosse déception est d'avoir été obligée d'acheter un gâteau au supermarché pour l'anniversaire de son fils car en sortant son oeuvre du réfrigérateur, la pâtisserie est tombée par terre... Mais il en faut plus pour décourager Ouahiba qui continue de remplir son carnet de commandes.

+ d'infos

Retourner à la liste