Le mot du maire

Devons-nous accompagner le déclin ?

  • Divers

Il ne s'agit pas de s'apitoyer sur le taux d'abstention lors des dernières élections. Les politiques de tout bord ainsi que les médias auront cette responsabilité de comprendre les raisons profondes de ce désengagement. En toute objectivité, et avec courage, ils devront y apporter des solutions dans les plus brefs délais car il s'agit de l'avenir de notre démocratie. Notre société entière est concernée par cette démotivation face aux enjeux électoraux.

Chacun peut penser que le déclin des valeurs citoyennes est associé à l'égoïsme, l'individualisme, l'ignorance ou encore à ce manque de confiance envers les politiques qui habite depuis trop longtemps l'esprit de nos compatriotes.

Tout ceci est peut-être vrai ou en partie vrai, mais pourquoi en sommes-nous arrivés là ? La France est un pays riche, qui tient sa place en Europe et dans le monde, un pays où la liberté s'exprime sans limite, un pays construit solidement sur son histoire et fiers de ses valeurs, un pays où l'aide aux plus démunis est sans égal. Tous ces ingrédients qui font la force d'une nation et qui en toute logique devraient nous pousser vers l'optimisme et nous propulser vers l'avant.

Nous sommes aujourd'hui à un stade où il faut bien l'accepter : notre démocratie telle que nous la concevons a atteint ses limites. Le processus électoral, en particulier, nous l'avons vu encore très récemment est devenu une machine qui perd toute logique.

Le but de cet édito n'est pas de rechercher les causes de cet abstentionnisme, comme dit précédemment, d'autres s'en chargeront.

Depuis plusieurs décennies, l'abstentionnisme est en constante progression. Les femmes et les hommes qui sont ou ont été au pouvoir, les partis politiques, les associations, les médias dénoncent, mais qu'ont ils fait pour redonner confiance aux Français ? Aucune analyse sérieuse n'a été engagée : aucune prise en compte de cette situation et de ses conséquences, aucune remise en cause !

La France est malade, et nous regardons notre belle démocratie s'effriter sans bouger. À qui sert cette posture de l'abandon ? Trop préoccupé à se faire réélire les principaux dirigeants entraînent notre société vers l'indifférence qui tôt ou tard nous amènera vers l'extrémisme ou l'anarchie.

Par ailleurs, le respect des bases de notre démocratie est bafoué. Est-il normal qu'après des élections légitimes nous arrivons au paradoxe pour lequel bien souvent ce sont les minorités qui font la loi ?

C'est tout le système qui doit être remis en question, qui en aura le courage ? Qui sera un jour capable de mobiliser les Françaises et les Français autour d'un véritable projet de société qui fera abstraction des intérêts particuliers et qui nous ouvrira les portes d'un avenir serein ?

Retourner à la liste